« Du bon, du beau, du bonnet…. d’âne !

Bruno Beschizza « Super BÉTONNEUR »

Dans la tribune d’oxygène de novembre 2015 l’adjoint au maire chargé de l’urbanisme rappelle les paroles de Bruno Beschizza. « Aulnay a le droit à du bon, du bien et du beau » et proteste vivement sur l’annonce de la création d’OIN (Opération d’intérêt National) sur le site de PSA.

Il s’étrangle à l’idée de voir projetée sur ce terrain une soit disant « cité dortoir ».

Il rappelle qu’actuellement sur la ville d’Aulnay-sous-bois, ils organisent l’enquête publique concernant le nouveau PLU, dessiné par lui-même et Bruno Beschizza.

Quelques rappels sur leurs prévisions :

– Les serres municipales du Centre Technique Municipal de Croix Saint-Marc, rasées au bénéfice des promoteurs, remplacées par des immeubles de 7 étages (zone UH).

– le Parc Ballanger sacrifié, coupé en 2 par le prolongement de la rue Edgar Degas, pour relier la Rose des Vents au futur quartier de PSA, site pourtant classé en Zone Naturelle (réduction des espaces verts d’Aulnay).

– un nouveau quartier sur le site de PSA qui prévoit, sur les 2/3 du terrain la construction de logements, le pseudo rêve de village Olympique du Maire, transformé au lendemain des JO en quartier d’habitation, avec 2600 logements dans des immeubles de 7 étages (zone UH), voté par la majorité du Conseil Municipal début 2015.

– toujours sur PSA en face de O’Parinor, un retour à l’urbanisation des années 70. Le Maire prévoit la construction de tours infernales de 46 mètres de haut.

– Quartier Mitry-Ambourget-Savigny, construction d’immeubles de 7 étages sur les espaces verts proches du Vélodrome.

– Quartier Balagny la démolition de la piscine, remplacée au bénéfice des promoteurs, par des immeubles de 4 étages (zone UD).

– sur le centre gare, la zone du centre administratif et les rues avoisinantes maintenues en zone UD, permettant la construction d’immeubles de 4 étages, projet abandonné par la municipalité précédente, et pourtant dénoncé avec véhémence par B.Beschizza pendant la campagne électorale de 2014.

Il faut rappeler que le soit disant « tout béton » de l’ancienne majorité, ne représente que la construction de 650 nouveaux logements en 6 ans (hors reconstruction du PRU de la Rose des Vents).

Mais comment qualifier la densification extrême prévue avec ce nouveau PLU, sans oublier les 250 logements privés, dont les permis de construire ont été signés dans les 6 mois suivant l’élection du nouveau Maire.

Bruno Beschizza le nouveau héros, « Super Bétonneur » au service des promoteurs et des spéculateurs fonciers.

Rappelons la gestion catastrophique du dossier PSA par Bruno Beschizza.

Ce site qui devait être l’objet d’un vrai projet de réindustrialisation, en collaboration avec le propriétaire et les services de l’Etat, a été sacrifié par l’orientation impulsée par le maire, permettant une vaste opération de spéculation foncière.

Rappelons qu’au 1er Conseil Municipal, il a cédé à l’Euro symbolique l’ensemble des chemins communaux traversant le site à PSA propriétaire du terrain, privant ainsi la ville de tout moyen de pression sur l’aménagement futur, et ouvrant la voie à la spéculation foncière, sur ces terrains situés entre 2 futures gares du métro du Grand Paris, ce dont PSA l’en remercie! Pour parfaire ce dessein, un nouveau PLU permettra la construction de milliers de mètres carrés d’immeubles contribuant bien évidemment à une opération financière privée fort juteuse.

L’ancienne municipalité et le Député Daniel Goldberg se battaient eux, pour à la fois obtenir la réindustrialisation du site créatrice d’emplois pour les Aulnaysiens, pour éviter à tout prix la spéculation foncière du site, et rester un acteur majeur dans l’élaboration du projet d’aménagement de celui-ci.

Alors M. l’Adjoint au Maire voudrait faire croire dans sa tribune, que ce « Super Bétonnage » découlerait de la création de la future OIN (Opération d’intérêt National) de l’Etat, selon lui permettant « le tout social … pour satisfaire l’objectif de 32 000 nouveaux logements sociaux ». Encore une blague pour attiser les peurs, ou alors une grossière erreur de calcul puisque cela signifierait environ plus 120 000 habitants supplémentaires sur ce site. Qui pourrait croire à un tel mensonge, alors que tout simplement, il s’agit de la belle blague de « l’arroseur arrosé », pour exemple les 2600 logements sur PSA votés avant la décision de l’OIN.

Bravo à Bruno Beschizza et sa majorité qui ont crée toutes les conditions pour écarter notre ville des décisions concernant cette partie importante du territoire communal et d’abandonner le site à la spéculation.

Guy CHALLIER

Publicités