Beschizza, les 1000 et 1 façons de ne pas répondre aux questions de l’opposition.

Au bout de 5 ans de conseils municipaux, on connaît toutes les «ficelles» que B. Beschizza utilise pour ne pas répondre aux questions des élus de l’opposition.

la méthode « noyer le poisson», lorsque le Maire écoute la question mais répond totalement à côté. Et en général, on passe immédiatement à autre chose sans pouvoir discuter.

la méthode « on vous écrira » qui permet au maire de ne rien expliquer. On peut toujours attendre, les réponses écrites sont rarissimes.

la méthode autoritaire. Si la question dérange, que l’élu insiste, B. Beschizza sait lui couper la parole et pourquoi pas le micro. C’est arrivé ! pas de réponse, pas d’enregistrement en cas de protestation.

-la méthode « je suis indigné ». Au lieu de répondre, B. Beschizza s’offusque, retourne la situation en faisant croire que la question n’est pas justifiée, qu’elle est même choquante ! Et le comble, lorsque la personne redemande la parole, le Maire répond carrément NON !

Ce dernier scenario a eu lieu récemment avec la question concernant la « Régie de quartier d’Aulnay » ex Saddaka. Lire la suite

Publicités

Notre Dame, un chef d’œuvre de notre patrimoine à rebâtir.

Nous nous associons à l’immense émotion causée par le désastre qui a ravagé en quelques heures la cathédrale de Paris, sans faire fort heureusement de victimes.

Notre Dame, monument emblématique de la capitale, est un haut lieu de la foi catholique mais aussi un monument intimement lié à l’histoire de notre pays .

Ce splendide vaisseau gothique a pu traverser les siècles et ses conflits mondiaux sans être détruit, connu dans le monde entier pour son architecture, sa dimension chrétienne, son rayonnement spirituel, intellectuel et touristique.

Félicitations aux centaines de pompiers qui ont ardemment travaillé pour sauver l’édifice.

Notre Dame est atteinte mais toujours debout et sa reconstruction est présente à tous les esprits.

Budget 2019 : l’austérité et la course aux emprunts continuent.

Le Maire et les élus de la majorité se félicitent de leur gestion financière mais qu’en est-il en réalité, quel est le bilan 2018 et quels sont les choix budgétaires pour 2019 ?

Les recettes perçues par la ville, stables en 2018 augmentent en 2019. La situation a été et est plus confortable, grâce à des dispositifs de l’Etat plus avantageux qui comblent la baisse des dotations à hauteur de 12 millions, à une augmentation de la masse d’impôts et taxes, de la reprise du marché immobilier amenant davantage de taxes … Par ailleurs, le maire poursuit sa politique d’austérité dans tous les services à la population réduisant les dépenses de 7M. D’où un excédent de 9,5 M fin 2018.

Malgré cela, l’épargne nette, positive en 2013 et 2014, négative depuis 3 ans de façon alarmante (- 2,8 M en 2017) atteint à peine le 0 fin 2018. (-0,18 M). C’est la preuve d’une situation financière dégradée, la ville n’a pas les moyens de financer ses investissements (travaux et équipements) puisque l’épargne est négative.

Le maire se lance donc dans de nouveaux emprunts (16 M en 2018, 19 en 2019) et a même entrepris de vendre pour 5 M de biens communaux. C’est un cercle infernal, il a fallu débourser 13 M l’an passé pour rembourser les emprunts. La ville va finir par emprunter…pour rembourser l’emprunt !

Mais le plus grave, qui montre le degré de dégradation de la situation, c’est le niveau d’emprunt. Durant notre mandat, l’emprunt finançait en moyenne 30% des 30 à 35 M de travaux annuels. En 2018, l’emprunt a financé 68 % d’un programme d’investissements pourtant à minima de 24 M. Pire pour 2019! les emprunts vont financer 73 % du programme. Lire la suite

CDG Express : manque d’engagement et ambiguïtés de B. Beschizza

L’aventure du CDG Express avait bien mal commencé pour Bruno Beschizza , Président du « Territoire Paris Terre d’envol » lors du conseil de Territoire du 12 novembre 2018 où les élus devaient se prononcer sur le volet environnemental de la ligne CDG Express. L’opposition de quelques élus – dont les deux représentants de l’opposition de la gauche aulnaysienne – avait fait voler en éclat le beau et gentil consensus proposé par Bruno Beschizza qui plutôt que de s’opposer fermement au projet, posait des conditions qui, on le sait tous, ont peu de chances d’être respectées. Plutôt que d’engager un débat difficile, il avait préféré retirer sa délibération.

Deux jours plus tard, au conseil municipal d’Aulnay, Bruno Beschizza, ayant fait un virage à 180°, appelait à voter CONTRE sa propre délibération ! Grâce aux élus de l’opposition qui avaient bien identifié et anticipé les problèmes liés au CDG Express, les conseillers municipaux avaient voté à l’unanimité CONTRE le projet.

Cependant, pour Bruno Beschizza et sa majorité dont le député Alain Ramadier et la sénatrice Annie Delmont-Koropolis, cette opposition ne s’est pas traduite par des actes clairs et concrets pour s’opposer au CDG Express et défendre les intérêts de dizaines de milliers d’Aulnaysiens qui empruntent chaque jour le RER B mais aussi la ligne K. Lire la suite

B. Beschizza, 5 ans d’opacité, de manque de démocratie et d’engagement politique.

Le Maire n’est pas crédible ! Malgré un vote CONTRE la construction du CDG Express au Territoire et à Aulnay grâce à son ralliement à l’avis des élus de l’opposition, sa position se réduit maintenant à la simple demande de garanties pour les usagers du RER B, sans dire NON au projet, comme la Maire de Mitry-Mory et les opposants qui perturbent l’accès au chantier. Une position politique bien tiède quand on sait que ce projet reliant la gare de l’est à Roissy est massivement rejeté. Un projet élitiste, déficitaire, largement subventionné par l’État au détriment de la rénovation du RER B, qui détériorera le fonctionnement et la régularité de la ligne B du RER empruntée par 900 000 passagers par jour, en utilisant les mêmes voies sur l’essentiel du parcours.

Aucune position de B. Beschizza sur le projet de l’Etat de privatiser Aéroports de Paris, allant jusqu’à refuser le vœu présenté par l’opposition en conseil municipal pour dénoncer ce non-sens et ce scandale politique et financier.

Le patrimoine aulnaysien est attaqué de toutes parts: démolition de l’ancienne piscine qu’il était possible de rénover totalement pour 9 M, hécatombe d’arbres centenaires, vente d’une partie du Parc Ballanger aux promoteurs pour la construction, tout d’abord de 3 300 logements, depuis peu ramenés à 2 500 en réunion publique. Finalement, combien et pourquoi tant de logements sur la partie ouest du parc, quels types de logements et pour qui ?

Malgré la perspective de problèmes liés à une forte concentration d’immeubles et un parc amputé de 5 hectares, le Maire champion du bétonnage n’hésite pas à construire sur ces terrains qui appartiennent à la ville. C’est une bonne affaire qui rapportera davantage de taxes.

Tout cela dans un simulacre de concertation où l’on découvre au compte- goutte des dossiers erronés et des projets en grande partie déjà validés.

Enfin, le Maire si prompt à attaquer en justice ses opposants politiques n’était pas présent pour présenter ses arguments au procès des élus qu’il a attaqués pour leur communiqué contre son arrêté interdisant les affiches de lutte contre le sida sur la ville en 2016. Le jugement sera rendu le 24 mai.

Nous sommes sereins et restons convaincus de la justesse de notre bataille, pour la défense des actions utiles de santé publique, d’égalité des droits et de refus de toute stigmatisation d’une quelconque partie de la population.

Les élus socialistes.

Projet Val Francilia : OUI à l’emploi, NON aux logements sur le Parc Ballanger.

La concertation publique sur le projet Val Francilia a eu lieu ce jeudi 28 mars, de 18 à 20 h à l’espace Pierre-Peugeot (site PSA). Une réunion annoncée début mars dans Oxygène mais la participation n’a été que d’environ 200 personnes, la municipalité n’ayant vraiment pas facilité son accès au plus grand nombre : manque de rappel de la réunion dans tous les quartiers (alors que certains habitants avaient reçu une invitation dans leur boîte aux lettres), une salle excentrée au nord de la ville, un horaire mal choisi, trop tôt en soirée pour les aulnaysiens qui travaillent.

C’est d’autant plus regrettable que c’était l’occasion de s’inscrire à l’un des 3 ateliers proposés, limités à 50 personnes chacun : 1 emploi/campus –2 sport/loisirs –3 attractivité / vie de quartier.

M. Cannorozzo , adjoint au Maire, a insisté sur le fait que l’aménagement des 100 hectares de l’ancien site PSA, plus vaste que la Défense est un projet à construire sur 15 à 20 ans.

Certes, mais des décisions vont être prises très prochainement, courant 2019, notamment à propos du devenir du Parc Ballanger et des nouveaux logements. Une concertation participative éclair a d’ailleurs été présentée : atelier 1, le 11 avril – atelier 2, le 16 avril – atelier 3, le 16 mai. Une concertation marathon pour une réunion de clôture fin mai et un bilan été 2019 ! Lire la suite

Tribunal de Paris : la procureure demande la relaxe pour les blogueurs et les Elus d’opposition d’Aulnay!

Le jeudi 7 mars, les élus d’opposition et Arnaud Kubacki ancien directeur de publication du blog Aulnay Cap comparaissaient au Tribunal de Paris, suite à la plainte pour diffamation déposée par B. Beschizza qui lui, a brillé par son absence !

Une audience de 4 heures ouverte par le Juge – Rapporteur qui a repris toute l’affaire : fin 2016, B. Beschizza interdisait par arrêté municipal la diffusion des affiches de la campagne nationale de prévention contre le sida validée par le Ministère de la Santé estimant notamment que ces affiches montrant des couples d’hommes étaient « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité ».

Un acte qui avait provoqué, comme l’a signalé le Juge, un « tohu-bohu » dans la France entière. De nombreuses personnalités dont la Ministre de la Santé, des associations et des journalistes avaient unanimement condamné l’arrêté du Maire d’Aulnay.

Nous, élus d’opposition, avions réagi par un communiqué condamnant cet arrêté qui privait les homosexuels d’informations essentielles pour leur santé, un arrêté jugé comme stigmatisant vis-à-vis de ces personnes. Cette appréciation a été retenue par B. Beschizza pour attaquer exclusivement en justice pour diffamation, les 3 blogueurs qui avaient diffusé le communiqué et de ce fait, les élus, auteurs du texte.

2 rappels importants de la part du Juge -Rapporteur: fin 2017, le Tribunal administratif avait jugé l’arrêté du Maire illégal et le défenseur des droits Jacques Toubon avait porté un jugement très sévère, déclarant notamment que B. Beschizza « n’avait pas rempli son rôle de rempart et de protecteur d’une partie des habitants de sa commune ».

Toute l’audience a tourné autour de l’appréciation du terme « homophobe ». Lire la suite

Communiqué des élus PS-PCF-PRG d’Aulnay-sous-Bois Huit élus en procès pour avoir condamné l’arrêté du maire d’Aulnay-sous-Bois s’opposant à la prévention contre le sida !

Fin 2016, B. Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois, déclenchait une polémique nationale par un arrêté interdisant sur l’ensemble de la commune la présence des affiches de la campagne de prévention contre le sida engagée par le Ministère de la santé.

Vilipendé par nombre d’associations, notamment de défense des homosexuels, par des personnalités médiatiques dans plusieurs émissions de télévision et de radio, par des artistes ainsi que par la Ministre de la santé de l’époque, B. Beschizza a choisi, avec un grand courage (!), de ne s’attaquer par voie judiciaire qu’à ses opposants politiques locaux et à trois blogueurs aulnaysiens.

Il reproche aux huit élus de gauche d’Aulnay-sous-Bois d’avoir condamné des faits rejetés par la France entière. Ainsi, nous sommes convoqués ce jeudi 7 mars au Tribunal de Paris pour être jugés parce que nous avons qualifié cet arrêté municipal comme stigmatisant vis à vis des personnes homosexuelles, et donc comme homophobe.

Pourtant un an après les faits, en décembre 2017 :

  • le Tribunal administratif a, comme nous le disions nous-mêmes, jugé cet arrêté illégal ;
  • Jacques Toubon, Défenseur des Droits, a porté un avis officiel particulièrement sévère en jugeant que cet arrêté «  a pu avoir pour effet de priver les personnes homosexuelles de l’accès à des informations pourtant essentielles en matière de santé et a pu apparaître comme stigmatisant à l’égard de ces personnes et être ressenti par elles comme portant atteinte à leur dignité. »

Adepte d’une vision rétrograde du contrôle des mœurs, soutien de la Manif pour Tous, B. Beschizza s’est ainsi de nouveau pris les pieds dans un des coups médiatiques dont il se fait la spécialité.

Pour notre part, nous sommes sereins face à cette situation où ces deux premières décisions nous ont déjà donné raison. Nous continuerons de défendre des actions utiles de santé publique, d’égalité des droits et de refus de toute stigmatisation d’une quelconque partie de la population. Nous donnons rendez-vous à B. Beschizza lors de l’audience du 7 mars afin que, de son côté, il puisse exposer les multiples raisons contradictoires qu’il a données sur cet arrêté illégal.

Latifa Bezzaouya (PS), Guy Challier (PS), Évelyne Demonceaux (PS),

Daniel Goldberg  (PS), Miguel Hernandez (PCF), Ahmed Laouedj (PRG),

Marie-Jeanne Queruel (PCF), Gérard Ségura (PS)

Conseillers municipaux d’Aulnay-sous-Bois

Budget de la commune : quelles perspectives pour 2019 ?

Les élus du groupe PS et Radicaux ont commenté les orientations budgétaires pour 2019 lors du dernier conseil municipal. Dans un contexte national difficile et incertain, M. Beschizza a signé le contrat triennal avec l’Etat qui l’engage à ne pas augmenter les dépenses publiques de plus de 1,3% par an et à réduire le besoin de financement, faisant même un excès de zèle, Aulnay ayant la possibilité d’augmenter ses dépenses de 1,5%. C’est un engagement risqué, d’autant plus que le Maire le dit lui-même: comment avoir une relation de confiance avec l’Etat sans connaître le devenir de la taxe d’habitation, sans connaître la réforme générale de la fiscalité locale et en ignorant tout du devenir des Territoires de la Métropole du Grand Paris ?

Quel sera donc le prix à payer par les aulnaysiens pour que ce diktat de l’Etat soit respecté, quoi qu’il arrive ?

Pour 2019, la commune bénéficierait d’une hausse des recettes, suite à une pause dans la contribution des collectivités au redressement du déficit public et à une reprise du marché immobilier amenant des droits de mutation importants. Vu la multitude de constructions depuis 2014, on peut dire que le super bétonnage du Maire va payer!

Au niveau des dépenses, il est prévu une baisse de la masse salariale. L’équipe municipale est bien dans la droite ligne des objectifs du gouvernement Macron avec son objectif affiché de 120 000 fonctionnaires en moins. Mais tout çà pour quel service public ?

L’épargne nette qui sert à financer les investissements frôle le zéro fin 2018 après 3 années d’épargne négative. Le Maire est donc contraint d’accélérer les emprunts pour financer son programme d’équipements, d’autant plus qu’il veut boucler ses projets phares avant les élections ! Lire la suite

Que va devenir le Parc Ballanger, le poumon vert d’Aulnay depuis 1980 ?

Le projet de nouveau quartier, le Val Francilia aura un impact sur le Parc paysager. Ce projet, présenté d’une manière attrayante, comme un agrandissement du Parc Ballanger masque une réalité bien différente, comme le montre clairement l’article de l’association « Aulnay environnement ».

En fait, B. Beschizza et ses élus veulent créer un nouveau quartier sur les friches du site PSA, de 2 à 3 000 logements construits sur le côté gauche et au nord ouest du parc. Un nouveau quartier sous le cône de bruit des pistes de l’aéroport du Bourget.

Lors de la révision du Plan Local d’Urbanisme, nous avions attiré l’attention sur le problème de bruit et sur les changements de zonage car une partie du Parc passait en UH soit la possibilité de construire jusqu’à 28 m de haut avec même une zone face à O Parinor classée en Uha qui permettrait des tours de 46 m. Lire la suite