Ecole et périscolaire : réponses partielles à la CRC, maintien de la politique d’austérité !

Le 1er point signalé par la Chambre Régionale des Comptes (CRC) concernait le problème des écoles surchargées au sud et au centre de la ville suite aux nombreuses constructions et au renouvellement de population en zone pavillonnaire.

Ce point est réglé dans l’immédiat grâce au Département qui a pu construire le Collège Simone Veil et les nouvelles classes sur le collège Le Parc. Il rend l’annexe Barrault à la commune, un espace immense que la ville va pouvoir transformer en école maternelle-primaire.

Nous serons vigilants sur l’évolution de cette nouvelle école, une première à Aulnay-sous-bois puisqu’elle va regrouper sur un même site, des enfants de 3 à 10 ans. Vigilance également sur les conséquences pour les familles des changements de carte scolaire tout particulièrement les familles contraintes de scolariser leur enfant dans une école située de l’autre côté de la voie ferrée.

Le 2ème point important soulevé par la CRC concernait la gestion du périscolaire. La CRC mettait en évidence les manques de bilans pédagogiques et financiers, des problèmes d’encadrement des enfants et demandait au maire de renforcer ses exigences vis-à -vis de l’IFAC. Lire la suite

Publicités

Futur centre nautique : un candidat évincé pour une erreur dans le calcul des points !

Nous avons découvert au dernier conseil municipal que l’un des candidats qui postulait pour la Délégation de Service Public chargée de la construction et exploitation du futur Centre nautique , OPALIA a perdu le marché suite à une erreur matérielle de la commune dans le calcul des points obtenus par les 2 candidats.

La société OPALIA a adressé une lettre à la commune signalant cette erreur dans le classement des offres des candidats et demandant à l    a commune de retirer les décisions de rejet.

Apparemment, le coup n’aurait pas pu être rattrapé !

Cette erreur a 2 conséquences dommageables :

-il n’y a pas eu d’offre alternative.

-OPALIA demande 50 000 euros de dédommagement.

Décidément, c’est un nouvel épisode malheureux pour les aulnaysiens , privés de piscine pendant toute la durée du mandat et qui devront payer cette piscine pharaonique financée par un PPP Partenariat Public Privé, pendant 25 ans, soit un coût de 74 millions.

Ce n’est certainement pas ce que l’on attend d’une gestion vertueuse des finances publiques.

Cette erreur regrettable dans un calcul de points s’ajoute à celle faite au Territoire, beaucoup plus importante, concernant le marché de ramassage des ordures ménagères.

Un marché sous-estimé, dénoncé par le prestataire et dont la facture de l’accord transactionnel s’élève à plus de 990 000 euros pour mettre fin au dit marché le 30 juin 2019.

Certains élus, choqués par cette découverte, se sont abstenus dont le député Jean-Christophe Lagarde et pour Aulnay-sous-Bois, Marie-Jeanne Queruel PC et Guy Challier PS.

L’école privée hors contrat Philippe Grenier : imbroglio préélectoral ?

On comprend mieux d’année en année pourquoi un Conseil municipal si tardif à la mi-juillet depuis 3 ans maintenant. Il y a des sujets que le maire aimerait pouvoir régler en catimini à quelques mois de la fin du mandat ! Lire la suite

Rapport sur la gestion passée et présente de la Ville : nos commentaires.

Mercredi soir en conseil municipal, les élus ont commenté le rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) sur la gestion de la Ville, pour la période 2011 – 2014 (ancien maire Gérard Ségura) et 2014 – 2017 (Bruno Beschizza). 20% des remarques de la CRC concernent l’ancienne municipalité, 80% la municipalité actuelle.

La CRC écrit à propos de la gestion actuelle du personnel : « Une gestion des ressources humaines entachée de nombreuses irrégularités ».

La CRC pointe un nombre excessif d’astreintes et d’heures supplémentaires explosant même le plafond autorisé. La police municipale est tout particulièrement visée avec une augmentation du budget d’heures supplémentaires de près de 50% depuis 2014. La CRC dénonce des irrégularités dans la rémunération de cadres à haut salaire sans que le salaire soit vraiment justifié par les diplômes ou les responsabilités à exercer. La CRC pointe également l’absence de délibération votée en conseil municipal pour les salaires des collaborateurs de cabinet du maire, d’où un manque de transparence.

Concernant les marchés publics, la CRC demande à la commune de clarifier les procédures et de rechercher une plus grande concurrence des entreprises lors de l’attribution des marchés.

Quant au budget municipal, il a fait l’objet d’un long débat. Lire la suite

Jules Verne, Jean d’ Ormesson, Napoléon Bonaparte, tiercé gagnant de l’équipe municipale !

La municipalité précédente avait crée une commission composée de personnes de sensibilités politiques différentes pour choisir les noms des futurs équipements. Aussitôt élu, B. Beschizza a supprimé cette commission. A présent, les noms sortent de la réflexion exclusive du maire et de sa majorité.

Il serait pourtant nécessaire, normal et démocratique de faire participer les aulnaysiens. Pourquoi ne pas choisir ces noms avec des associations, les habitants d’un quartier ou même au niveau de la ville ? Les aulnaysiens ont bien voté pour que le marché de la Gare soit déclaré « le plus beau marché d’Ile de France » ! Ils pourraient voter pour les noms des équipements de leur ville. Lire la suite

Promesse du Maire de ne pas construire sur le Parc Ballanger : restons vigilants et mobilisés !

Hier soir en conseil municipal, les élus devaient se prononcer sur le bilan de la concertation publique concernant le projet Val Francilia, l’ancien site PSA.

Pour nous, élus socialistes, tout est à reprendre sur de nouvelles bases ! Cette concertation éclair n’a permis ni d’aller au bout des discussions, ni de faire de vraies propositions, les 3 ateliers (emploi/campus – sports/loisirs – attractivité/vie de quartier) avec 35,15 et 22 personnes n’ayant eu lieu qu’une seule fois, pendant une heure et demie.

Malgré la demande des associations aulnaysiennes très mobilisées sur le sujet, les études préalables présentant plusieurs alternatives n’ont jamais été fournies. Les participants aux ateliers ont du se contenter d’un livret de 8 pages, sorte de livret publicitaire présentant un projet tout ficelé, avec la liste des points « non négociables » dont la construction d’immeubles sur 5 ha du Parc Ballanger. Au moins 2 500 logements pour réaliser l’équilibre financier de l’opération. Impossible dans ces conditions de pouvoir imaginer un projet satisfait en si peu de temps, avec si peu d’éléments et avec ces contraintes. Lire la suite

Aulnay bouge … mais pas dans le bon sens: des Aulnaysiens mécontents écrivent au maire !

Alors que le maire fait une pub effrénée et sans limite des actions de la majorité dans le magazine Oxygène, 9 mois avant les élections municipales, des Aulnaysiens du quartier Nonneville expriment leur mécontentement et même leur « ras le bol » suite aux réunions inutiles et aux nombreuses lettres ou plaintes restées sans réponse, dans une lettre de 9 pages adressée à B. Beschizza ( publiée intégralement dans le blog monaulnay.com).

Ils commencent ainsi : « Pour vous Aulnay bouge » semble être la nouvelle devise de notre ville… Effectivement, depuis le début de votre élection, nous avons pu constater nombre de changements dans notre ville. Mais ces changements vont-ils dans le bon sens ? Nous, habitants du quartier de Nonneville, pour certains depuis bientôt 60 ans, ne le pensons pas …Nous sommes à moins d’un an de la fin de votre mandature, nous avons fait toutes les réunions de quartiers et nous n’avons rien obtenu pour améliorer notre cadre de vie qui se dégrade de jour en jour.

Cette lettre, très argumentée, montre la vigilance de ces Aulnaysiens sur des sujets du quotidien et leur attachement à leur quartier. Parmi les problèmes exposés, nous avons retenu quelques points sur lesquels bon nombre d’Aulnaysiens font des constats identiques . Lire la suite

7 procès perdus mais B. Beschizza persiste dans ses attaques judiciaires payées par les Aulnaysiens !

Fin 2016, B. Beschizza interdisait la diffusion sur la ville des affiches de la campagne nationale de prévention contre le sida. Nous, élus d’opposition, avions réagi par un communiqué condamnant cet arrêté qui privait les homosexuels d’informations essentielles pour leur santé, un arrêté jugé comme stigmatisant vis-à-vis de ces personnes. B. Beschizza avait alors porté plainte pour diffamation contre nous et les 3 blogueurs qui avaient diffusé notre communiqué.                                                                                                                                                                Nous avons gagné notre procès le 7 mars dernier. La procureure a demandé notre relaxe, jugeant que notre communiqué ne contenait aucun propos diffamatoire vis-à-vis du maire, qu’il exprimait clairement une opinion, dans le cadre d’un débat démocratique normal.

Alors que le Maire a été débouté, il a fait appel dès le 7 mars et nous venons de recevoir une nouvelle convocation au tribunal ! Lire la suite

Soupçons de corruption à Aulnay, la municipalité ne peut rester spectatrice dans la recherche de la vérité

Communiqué des élus PS-PRG-PCF d’Aulnay-sous-Bois

Nous apprenons dans Le Parisien de ce jour que le parquet de Bobigny ouvre une enquête sur « des soupçons de corruption dans l’attribution de logements HLM par la ville ».
Cette enquête ferait suite au dépôt de plainte d’un habitant du quartier de Mitry-Ambourget qui témoigne avoir versé 4000 € en espèces contre la promesse d’un relogement dans le quartier du
Vieux-Pays. Par ailleurs, il y est fait référence à quatre autres témoignages recueillis par Le
Parisien qui font état de pratiques similaires.

Ces soupçons s’ils étaient avérés, seraient d’autant plus graves et choquants au vu des délais d’attente pour l’accès à un logement dans notre ville. Nous rappelons qu’il y a plus de 11000
demandeurs de logement social, dont 8000 à 9000 aulnaysiens, en attente d’un logement adapté à leurs besoins.
En 2018, lors d’une séance d’un conseil municipal, nous avions déjà alerté M. Beschizza et sa majorité d’un courrier transmis au domicile des élus de l’opposition relatant ces pratiques et
portant des accusations graves à l’encontre d’élus de la majorité et d’agents municipaux. Nous leur demandions alors de saisir la justice afin que toute la lumière soit faite. La seule réponse a été de dire qu’il n’y avait rien à rechercher et notre demande est restée lettre morte. Visiblement les choses n’étaient pas si simple puisque nous apprenons aujourd’hui qu’il y avait bien matière à
enquête.

Par conséquent, Bruno Beschizza et Séverine Maroun, sa 1ère adjointe en charge du logement et Présidente de l’OPH AULNAY HABITAT, doivent maintenant engager rapidement une enquête
administrative dans leurs services respectifs, ceux de la ville et ceux de l’OPH, cela parallèlement
à l’enquête judiciaire.C’est d’autant plus nécessaire que, manifestement, Bruno Beschizza ne fait pas confiance à l’enquête judiciaire, la jugeant liée à un « contexte pré-électoral. » Il est vrai que ce n’est pas la première fois que les propos du maire actuel conduisent à affaiblir les institutions de la
République.

Pour notre part, lucides sur certains dysfonctionnements municipaux que nous dénonçons depuis 2014, nous faisons entièrement confiance à la Justice pour apporter aux Aulnaysiens qui attendent la vérité, sur des soupçons graves qui, en l’absence d’éclaircissements, qui ne manquerait pas
d’entacher l’image de la commune

Aulnay bouge «  sans vous », notre ville livrée aux promoteurs. 

Quel décalage entre la réalité et les déclarations de B. Beschizza ! «  nous avons mis fin au bétonnage aveugle de l’ancienne municipalité … nous construisons essentiellement sur les axes structurants…. nous  revitalisons les quartiers ». C’est vrai, la revitalisation va bon train avec déjà 300 nouveaux logements dans les quartiers sud, en pleine zone pavillonnaire !

Devant le mécontentement grandissant des Aulnaysiens qui dénoncent un bétonnage accéléré sans aucun débat, le maire et ses élus ont trouvé une parade: ils se félicitent d’avoir réduit la concession Mitry- Princet, 700 logements au lieu des 1 700 prévus par l’ancienne municipalité.

Mais signer une concession avec un aménageur permet à un maire de maîtriser le programme d’ urbanisation, de veiller au nombre et aux types de logements, à la forme, à la densité. C’est un contrat dans lequel l’aménageur réalise les immeubles tout en participant au financement des voiries, des espaces verts, des établissements publics tels que les écoles. Lire la suite